La passe miroir 3 - Christelle Dabos

 

 

Ophélie se demanda ce que les scientifiques penseraient s’ils apprenaient que l’éclatement du monde était dû à une créature apocalyptique enfermée dans un miroir.

 

 

 

Les fiances de l hiver 4

Titre: La mémoire de Babel

Auteur: Christelle Dabos

Genre: Fantastique

Editeur: Gallimard

Nombre de pages:

Mon résumé

Ophélie est rentrée du Pôle depuis deux ans pour revenir sur Anima, son arche natale. Dès que l'occasion se présente, elle s'enfuit à la recherche de Thorn grâce aux indices que lui a révélé la lecture du livre de Farouk. Mais sur Babel, la vie n'est pas régie par les mêmes règles que sur Anima. Mais au beau milieu d'un nouveau complot et évoluant dans un environnement qu'elle peine à comprendre, Ophélie aura le plus grand mal à retrouver Thorn et à déjouer les plans de Dieu et ses sbires.

Mon avis

Ce troisième tome que j'attendais avec une grande impatience, a été une nouvelle découverte tout en surprise, du talent de Christelle Dabos. Elle nous avait laissés en suspens avec la fin du second tome et je me suis jetée sur le troisième dès sa sortie.

J'ai eu du mal à me plonger dans le livre. La nouvelle Arche est encore une fois un univers à part et même si je l'ai trouvée intéressante, j'étais déçue de ne pas retrouver un univers familier. Cette première partie d'adaptation a quand même été très bonne et puis la seconde m'a totalement conquise.

Comme dans chaque opus de la saga, l'auteure amène des nouveaux éléments pour l'intrigue principale grâce à une intrigue secondaire. Et encore une fois j'ai trouvé que le déroulement était digne d'un polar. Tout est extrêmement bien construit et c'est un plaisir de se laisser mener par les mots de l'auteure. On attends tout le long les révélations qui arrivent en fin de livre et qui nous éclaire sur les grandes questions de la saga. On en apprend notamment plus sur le passé de Dieu et sur l'explosion du monde. L'Autre en revanche, demeure une part d'ombre.

La nouvelle arche est originale, comme les deux précédentes. Elle a bien sur le fameux esprit de famille, sauf que cette fois-ci, ils sont deux: les jumeaux Elène et Pollux. Les esprit de famille sont l'une des choses que je préfère dans cet univers. Ils ont tous des noms de dieux appartenant à différentes mythologies et sont entourés d'un grand mystère. Sur Babel, la loi est tellement stricte qu'elle m'a faisait penser à une dystopie. L'autre aspect, qu'on découvre particulièrement est celui de l'instruction car le milieu dans lequel va s'intégrer Ophélie est plein d'érudit. Les avancées technologiques de ce peuple sont bien supérieures à celles des autres Arches.

Les nouveaux personnages rencontrés ne m'ont pas vraiment marquée. En revanche, Ophélie a encore évolué, bien qu'elle reste celle qu'on a aimé au tout début, maladroite et avec un don pour se mettre dans les pires situations. Elle est toujours très attachante. On rencontre un nouveaux personnage, qui lui est très important et a qui certains chapitres du livre sont dédiés.

La plume de Christelle Dabos est toujours caractéristique. Elle est assez synthétique et ne s'étend pas dans des longues descriptions et pourtant elle dépeint son univers d'une manière qui lui est propre. Elle adapte ses mots à l'arche, au personnage et ça nous plonge encore plus au coeur de l'histoire.

 

Le petit extrait

Elle oublia l'appréhension, elle oublia la chaleur, elle oublia jusqu'à la raison de sa présence ici et, quand elle fut vide d'elle-même, elle posa les mains sur la botte de la statue.
L'ombre du mémorial reflua comme une marée, tandis que le soleil faisait marche arrière dans le ciel. Le jour céda la place à la nuit, aujourd'hui devint hier et le temps explosa sous les doigts d'Ophélie. Ce n'étaient plus ses doigts à elle. C'étaient des centaines, des milliers d'autres doigts qui caressaient la botte de la statue, jour avant jour, année avant année, siècle avant siècle.
Pour porter chance.
Pour réussir.
Pour guérir.
Pour de rire.
Pour grandir.
Pour survivre.
Et soudain, alors qu'Ophélie se diluait dans cette foule de mains anonymes, elle retrouva ses mains à elle. Ou plutôt des mains qui étaient les siennes sans être les siennes. Et ce fut à travers des yeux qui étaient les siens sans être les siens qu'elle observa la statue. D'un métal brillant, le soldat brandissait fièrement son fusil sous les mimosas en fleur, sa tête emportée par l'obus qui avait détruit le porche de l'école derrière lui.
" Il sera une fois, dans pas si longtemps, un monde qui vivra enfin en paix."

En conclusion

Un troisième tome dans lequel j'ai mis du temps à me plonger avec un nouvel environnement toujours original et intéressant. On retrouve une Ophélie qui reste elle même tout en évoluant dans une intrigue très bien construite. Quelques révélations qui donnent follement envie de lire a suite et tout ça mené par la plume caractéristique de Christelle Dabos.

C'est malgré tout un coup de coeur

Coup de coeur

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×